mercredi 20 avril 2011

Ninkyo Helper




Ninkyo Helper
 

Année : 2009

Réalisation, Scénario, etc. : Junichi Ishikawa, Hiroshi Nishitani, Hiroki Hayama, Hiroyuki Goto
Durée : 11 épisodes de 45 minutes (en moyenne)
Pays : Japon
Genre : Comédie dramatique

Avec : Tsuyoshi Kusanagi = Hikoichi Tsubasa
Meisa Kuroki = Riko Yomogi
Yui Natsukawa = Akira Hatori
Seishiro Kato = Ryota Hatori
Mais également : Jutta Yuki = Masato Meguruma
Shunji Igarashi = Goro Kurosawa
Takashi Ukaji = Kengo Nihonbashi
Kouta Yabu = Mikiya Takayama
Ken Matsudaira = Gensuke Takayama
Yusuke Yamamoto = Reiji Izumi
Riisa Naka = Haruna Misora

Le début :

Le groupe Hayabusa vient de perdre son big boss, Shinzo Hayase, un homme réputé pour son respect du code d’honneur des Yakusas : le Ninkyodo. Gensuke Takayama devient le nouveau président, mais il a besoin d’un chef de clan pour l’aider à diriger le groupe. Il a repéré 6 candidats potentiels, alors il veut les tester et va leur faire subir une épreuve : effectuer un stage en qualité d’aides-soignants dans une maison de retraite. En d’autres termes, nos 6 Yakusas vont devoir coopérer et se serrer les coudes tout en étant en compétition. Le plus méritant deviendra le prochain leader. Petit détail amusant : cette maison de retraite se trouve en territoire ennemi, chez les Washizu. Bien entendu, personne ne doit apprendre la vérité sur l’identité de ces drôles d’aides-soignants.
 

Ambiance…
Mes impressions :

            Je suis sur le point de vous donner mes impressions sur l’un des meilleurs dramas que j’aie vus jusqu’à présent, alors attendez-vous à lire une série d’éloges…
            Il faut patienter à peu près dix minutes avant que le drama ne « démarre » vraiment, mais une fois que les Yakusas arrivent à la maison de retraite, et que l’un des pensionnaires se soulage sur leur minibus, nous entrons dans le vif du sujet et il n’y aura plus aucun temps mort jusqu’à la dernière minute. Permettez-moi de vous présenter rapidement ces stagiaires pas ordinaires :
Le personnage principal, Hikoichi Tsubasa, est à la tête de la branche de Roppongi. Usurier de son état, violent, grossier, il n’a aucun scrupule à arnaquer les personnes âgées et les plus faibles. 


Ensuite, nous avons Riko Yomogi. C’est la seule femme parmi ces Yakusas. Elle est à la tête de la branche d’Ikebukuro. Elle est mise en avant dans l’épisode 3, où l’on en apprend un peu plus sur sa famille et sur son clan. Au début, j’aimais bien le personnage. Femme à poigne, dynamique, nous découvrons combien il est dur d’être une femme Yakusa. Malheureusement, le personnage perd de sa superbe par la suite. A la fin, je la trouve même un peu agaçante. 
 

« Hé, Iza, fais attention à ce que tu dis, OK ? »

Passons à Masato Meguruma, de la branche Akasaka. Alors lui, c’est l’intellectuel du groupe. Il est pragmatique, posé et calme, jamais un mot plus haut que l’autre. 


A l’opposé, il y a Goro Kurosawa, de la branche Shingawa, le gangster bagarreur. 

Oulaaa… dure journée, on dirait !
Et puis, il y a aussi Kengo Nihonbashi (de la branche Nippori), le doyen du petit groupe. Apparemment, il était sous-directeur d’une compagnie avant de rejoindre les Yakusas. L’épisode 6 le met un peu en avant. 


Je termine ce tour d’horizon avec Mikiya Takayama, qui n’est autre que le fils du président.


« Oui, c’est moi, vous m’avez appelé ? »

Lui, c’est le président Takayama, un boute-en-train…

Au sein de la maison de retraite, nos joyeux drilles seront supervisés et conseillés par un infirmier assistant et une aide-soignante.













Pourquoi ce drama est-il génial ? J’y vois plusieurs raisons. Il y a beaucoup de passages amusants. Les Yakusas sont des sanguins, un peu bruts de décoffrage. Dès que quelque chose ne va pas comme ils voudraient, ils essaient tout de suite d’en venir aux mains, ce qui est impensable dans cet endroit.
Ensuite, ce drama n’est ni niais, ni larmoyant. Il dépeint de manière très réaliste et très juste un phénomène au Japon : il y a de plus en plus de personnes âgées et il n’y a pas assez de personnel compétent pour s’occuper d’eux. D’ordinaire, on ne parle pas souvent de ce sujet tabou qu’est la vieillesse, parce que ça évoque la maladie, la fin de vie. Je trouve que c’est bien de parler d’eux et de nous faire réfléchir à notre propre condition. Des sujets très sérieux sont abordés, tels que la maltraitance, la maladie, l’abandon des familles, etc.
Et puis surtout, le protagoniste évolue en bien. Autant, on le déteste au début, autant on l’adore à la fin. Tout au long du drama, il va nouer des liens avec le petit Ryota Hatori, un gamin en quête de la figure du père. Passionné de films de Yakusas, il veut devenir fort comme eux. Un soir, il voit le tatouage de Hikoichi et lui fait du chantage, du haut de ses 9 ans ! J’ai trouvé que c’était pas mal, ça ! En échange de son silence, il demande à Hikoichi de le prendre comme apprenti. Hikoichi n’est pas un tendre et rejette plus ou moins le gamin au début, mais au plus profond de lui-même il s'est attaché très tôt à Ryota.


Le petit s’habille comme le grand, c’est adorable, non ?
Au fait, je ne vous ai pas dit : Ryota est le fils d’Akira Hatori. Anciennement à la tête d’une compagnie spécialisée dans l’export, elle a investi dans les soins médicaux et apporte une aide financière aux maisons de retraite. En contrepartie, les établissements doivent utiliser ses produits et gérer selon sa vision à elle. C’est une femme glaciale, du moins au début. Tout ce qui compte pour elle, c’est le profit. Alors, bien entendu, les relations sont tendues entre elle et Hikoichi. De plus, elle n'aime pas que son fils traîne avec lui.
Notez que je n’ai pas vu venir un retournement de situation dans le dernier tiers, c’est toujours agréable… enfin, vous le verrez peut-être. Moi, je ne flaire pas facilement les retournements de situation… sauf si c’est trop gros, bien sûr !
Tout au long du drama, la musique est toujours la même, mais elle est réorchestrée selon les circonstances de manière adéquate. Donc, tout va bien aussi de ce côté-là. Je termine avec un mot sur l’ending : Sotto Kyutto. Il est interprété par le groupe SMAP, donc pas de surprise, vu que le protagoniste en fait partie. Je veux surtout ajouter que cette chanson est très belle et colle parfaitement au drama. Allez voir le clip sur Internet, il est beau également.        

En conclusion :

            Des Yakusas dans une maison de retraite, c’est osé, non ? Franchement, je vous conseille ce drama. Il est formidable. Vous passerez du rire aux larmes, vous vous indignerez parfois, vous serez sûrement choqués, mais je ne pense pas que vous regretterez de l’avoir vu.


« Oui, ben moi ce que j’en pense, hein… »

   Au fait, un épisode spécial a été diffusé au Japon au début du mois de janvier 2011. Je ne l’ai pas vu, mais d’après les renseignements glanés à droite, à gauche, et si mes sources sont exactes, cet épisode serait plutôt centré sur la relation entre Hikoichi et Akira. Affaire à suivre…
 
IZA, le 20 avril 2011

7 commentaires:

Milady a dit…

Arf tu me rappelles qu'il faut que je revoies ce drama pour écrire dessus ... j'avais bien aimé mais moins que toi, ma grande question étant: pourquoi des yakuzas? La justification est faible quand même! Cela nuit un peu au drama malheureusement car on a l'impression qu'ils sont des yakuzas pour suivre la tendance vu que c'est toujours marrant de foutre des yakuzas partout. Enfin j'ai d'autres reproches à faire au drama. En soi je l'ai aimé mais il y a quand même quelques trucs qui me dérangent. Va falloir que je me décide à écrire dessus :p
En tous cas merci pour le conseil :)

Iza a dit…

Bonjour Milady.
En fait, Monsieur Takayama cherche un successeur qui suive le Ninkyodo, notamment qui "protège les faibles". Comme certains ont une conduite à se racheter (notamment le protagoniste), Tayou est l'endroit tout indiqué pour les faire réfléchir. En fait, c'est justement ça que j'avais aimé. J'ai trouvé que c'était original... et j'ai trouvé que c'était bien de parler un peu des aînés. Pour une fois! J'attends avec impatience de lire ce que tu en as pensé dans le détail.
(Autre chose, qui n'a aucun rapport: tu me fais marrer, parce qu'en ce moment, tu commences toujours tes com' par "Arf", LOL!)
Merci d'être passée, Mila! (^^)

Milady a dit…

... "Bonjour Milady"? C'est hyper formel T.T et après tu te moques de moi T.T ...life sucks :'(
Bon je me souviens de pourquoi le boss les envoie là-bas c'est pas le souci, mais peros j'ai pas trouvé que cela apportait quoi que ce soit à l'histoire. Cela dit c'est pas le plus gros défaut du drama...mais faut que je le revoies parce que je veux pas raconter de connerie.
Sur ce je vais z'aller pleurer et d'abord Arf si je veux è.é

Iza a dit…

LOL!
Mais non, life sucks pas!
Pas le plus gros défaut?! Ben... c'est quoi alors? Eh bien, vivement ton article, tu m'intrigues.

CHRISTIAN a dit…

L'intérêt de ce drama réside dans le fait qu'il s'agit de yakusas. Il fallait faire se rencontrer deux mondes opposés pour que l'histoire soit une réussite avec tous les passages stressants que cela peut engendrer. Donc j'ai une question : Si pas des yakusa, qui donc ?

Milady a dit…

Je vais répondre à Christian: n'importe quels jeunes auraient faits l'affaire. J'aurais même à la limite trouvé cela plus intéressant! Niveau société n'importe quel jeune aurait pu s'y identifier. Y a pas besoin d'aller chercher des yakuzas pour trouver des mondes opposés, des jeunes qui se moquent pas mal de leurs ainés, parlent mal, et partent à la dérive.. et le côté yakuzas éloignent les personnages de nous je trouve. "Ils sont comme ça mais bon ce sont des yakuzas" en gros. Sérieusement pour ce que je vois en France et ai vu au Japon, on aurait pu prendre n'importe quel jeune que cela aurait fonctionné. Le côté Yakuza est juste une tentative de rajouter du glamour et du "suspens" à une histoire qui n'en avait pas besoin. Et j'en viens à mon second défaut du drama: ok donc le drama est affreux car il dépeint la détresse des petits vieux en marge de la société mais ils sont également en marge du drama! En gros: un épisode, un vieux pis après on invente un prétexte pour le virer du drama. En gros ce qui aurait du être un drama dérangeant sur la société actuelle devient un Gokusen en maison de retraite et c'est ce que j'ai trouvé dommage. Bon après j'ai aimé le drama quand même hein! Mais tout dépend de ce que tu cherchais dans la série :)

Iza a dit…

Pas de souci, débattez entre vous, c'est aussi le but et c'est intéressant. :)