dimanche 17 avril 2011

Cyborg Girl

Boku no Kanojo wa Saibogu (Cyborg Girl)



Année : 2008
Réalisation, Scénario, etc. : Kwak JaeYong
Durée : 120 minutes
Pays : Japon
Genre : Science-fiction

Avec : Haruka Ayase = la petite amie cyborg
Keisuke Koide = Jiro Kitamura
Kenta Kiritani = Kenta Sato, ami de Jiro
Naoto Takenaka = le professeur de mathématiques 

Le début :

Nous sommes le 22 novembre 2007. Jiro Kitamura, un étudiant, est sur le point de fêter son anniversaire tout seul, comme tous les ans depuis longtemps. Il a pour habitude de fêter cet événement dans le même restaurant et d’y manger toujours la même chose. Pourtant, ce jour-là, un événement va bouleverser son quotidien : il va rencontrer une jeune femme assez bizarre, plutôt facétieuse. Elle le suit au restaurant, s’invite à sa table. Ils mangent ensemble, s’amusent en ville, bref… ils passent un bon moment. Malheureusement, la jeune femme lui annonce brutalement qu’elle doit repartir d’où elle vient, c’est-à-dire : le futur.
Un an se passe. Le 22 novembre 2008, elle réapparaît. En fait, elle est revenue pour lui transmettre le message suivant : Jiro va vivre une grande catastrophe et elle est là pour le protéger…

Bon anniversaire, vieux ! Un peu de champagne avec le gâteau ?
 
Mes impressions :

Il n’a pas l’air amusant du tout le début du film, n’est-ce pas ? Un type seul, une petite vie bien monotone… Pourtant, ce film est drôle et ce, pendant un bon moment. Ensuite, il prend une autre tournure, il y a plus d’action, moins de gags.
J’ai déjà rencontré ce thème de l’amour entre un robot et un être humain dans le drama Zettai Kareshi, sauf que cette fois, c’est le personnage féminin qui est un robot. Ah, au fait, ne lui dites pas qu’elle est un robot, ça la vexe…
Pour être honnête, j’ai eu un gros a priori au départ. Je me souviens que le début m’avait laissée un peu perplexe et je ne suis pas « rentrée » dans ce film immédiatement, mais c’est de ma faute : j’avais peur de me lancer parce que je pensais qu’il ressemblait à Video Girl Ai. Je n’avais rien lu en détail sur ce film avant de le regarder et je m’étais arrêtée là : un personnage féminin non-humain, un type seul, le même genre d’histoire que le manga précité? Mais que nenni ! J’ai bien fait de regarder, je ne le regrette pas ! Les amateurs de science-fiction ne manqueront pas les références à Terminator. En fait, ce film fait des clins d’œil à plusieurs films bien connus du genre.

J’vous l’avais bien dit que « I’ll be back »…
Haruka Ayase incarne donc la petite amie cyborg. J’aimerais tout de suite saluer sa performance. En fait, je l’ai appréciée à chaque fois que je l’ai vue dans un film ou un drama. C’est une très bonne actrice. Elle est tout à fait crédible en robot, et puis elle est charmante, ce qui ne gâche rien. Son personnage a du caractère et est dynamique.

Cet homme va bientôt apprendre à ses dépends qu’il ne fait pas bon emm***er la Madame à droite sur l’image…
 



Charmante, n’est-ce pas ?

Keisuke Koide s’en sort bien également en Jiro, étudiant un peu paumé, pas toujours attentif en cours. Il est un peu effacé, un peu mou par moments, mais il faut dire qu’il a une vraie tornade en face de lui. J’ai trouvé que nos deux compères formaient un couple sympathique et bien assorti.



Voici l’air un peu bête que l’on doit avoir lorsqu’on se rend compte que l’on vient de voir la femme de sa vie… puis celui que l’on a lorsqu’on apprend qu’elle vient du futur et que c’est l’heure d’y retourner !

Les quelques apparitions de Kenta Kiritani sont également tout un poème. On ne le voit pas souvent, mais c’est aussi grâce à lui qu’il y a des passages marrants, alors j’en parle quand même ! Il incarne l’ami du protagoniste. C’est un personnage haut en couleurs, dragueur. J’ai éclaté de rire plusieurs fois grâce à lui. J’ai en tête une scène mémorable où il dégoûte tout le monde au restaurant universitaire… enfin, pas tout le monde. La petite amie est la seule à rester stoïque. De toutes façons, c’est pas compliqué : à chaque fois que je le voyais je me disais : « Qu’est-ce qu’il va encore nous sortir comme ânerie ? »
J’ai noté également la présence de Naoto Takenaka (L’ami Strezemann dans Nodame Cantabile) dans un rôle secondaire. Ici, il incarne un professeur de maths. Pour les fans, il est fidèle à lui-même, c’est-à-dire : complètement déjanté !

Jiro, sa petite amie et Kenta.
L’histoire commence doucement, sur un ton léger, si l’on met de côté une scène qui se passe dans le restaurant en 2008. Il y a de l’humour, plein de petits gags, par exemple : ce petit passage parodiant une célèbre scène de combat dans La Fureur du Dragon avec Bruce Lee. (D’ailleurs, je remarque que les Japonais aiment bien parodier le Petit Dragon…) Parmi les passages drôles et légers, il y a la vie au quotidien pour l’héroïne qui doit s’adapter et vivre comme les humains.

Lorsque l’héroïne fait du shopping, elle s’embête pas: elle prend la robe ET le mannequin…
Jiro, de son côté, doit lui aussi s’adapter à sa petite amie. Bon, il y a beaucoup d’avantages, quand même ! C’est pratique pour réviser les cours, par exemple, ou bien pour faire la cuisine. Euh… non, tout compte fait, ce n’est pas un bon exemple…

Au fait, en parlant de ça, je ne vous ai pas encore présenté Raoul ?
Il y a également un peu de nostalgie et surtout, beaucoup d’émotion au fur et à mesure que le film progresse. Même si techniquement, la petite amie n’a pas de cœur, on sent bien que quelque chose se noue entre eux, c’est à la fois émouvant et surprenant.
Avant de terminer, un petit mot sur les effets spéciaux et les musiques. J’ai trouvé que les effets étaient de bonne facture en général. J’ai en tête plusieurs scènes, comme par exemple le retour plutôt fracassant de la jeune femme en 2008 et surtout une autre scène en dernière partie de film, mais je ne peux pas en parler davantage, sous peine de tout dévoiler, ce qui serait bien dommage. Quant à la musique, c’est tout bon du début à la fin. Elle ne s’incruste pas trop et ça, j’aime bien. La preuve, c’est que je n’ai aucune mélodie qui tourne en boucle dans la tête depuis que j’ai vu le film. En plus, les mélodies sont belles. Bref, c’est nickel !

En conclusion :

Une histoire d’amour entre un robot et un être humain, les voyages dans le temps, tout ça vous tente ? Alors, regardez ce film. Il dure deux heures, mais vous ne verrez pas le temps passer.
J’ai juste une petite critique à formuler, mais ce n’est rien de bien méchant : il y a un passage trop long vers la fin. Il s’agit d’une scène que l’on a déjà vue au début du film, mais que l’on nous ressert du point de vue d’un autre personnage. Cette scène n’apporte rien, parce qu’à ce stade, on a déjà tout compris. En revanche, il n’y a rien à dire sur le dénouement, j’ai été bluffée par les tous derniers instants du film, ils sont magnifiques.
J’espère vous avoir donné envie de le voir. Une dernière chose : le bon vieux gag du gâteau d’anniversaire, ça marchera toujours. Vous verrez.


IZA, le 17 avril 2011





      

8 commentaires:

CHRISTIAN a dit…

Il est très bien ton blog.
Bisous.

Iza a dit…

Sympa, ce premier message!
Merci Christian pour ton message et merci pour ton aide. (^^)

Lynda a dit…

Iza a lancé son blog ! Ça pour une surprise ! Bienvenue dans la blogosphère. Et donc, sur cet espace on va retrouver de tout même de la feutrine ? Je suppose que oui vu que le petit panda est devenu la mascotte des lieux ^^.

Je regarde peu de films ces derniers temps mais "Cyborg Girl" fait partie de ma maigre liste de visionnés. Un film un brin déroutant au départ mais la sauce a bien pris et au final, j'ai plutôt bien apprécié. Et puis, y'a pas à dire, la miss Ayase est un gros plus. Elle était parfaite en cyborg des temps modernes. J'aime bien toutes tes captures agrémentées de notes cocasses.
Je vais t'ajouter dans ma liste de blogs et puis bah bon démarrage.

Iza a dit…

Bonjour Lynda!
En effet, je parlerai aussi de feutrine. D'ailleurs, je consacrerai prochainement un article à la mascotte. A ce propos, j'ai hâte de voir tes gâteaux!
Sinon, c'est vrai que Haruka Ayase est excellente. Il faut bien se l'avouer: c'est elle qui porte le film. Les captures annotées, ça tombe bien si tu aimes, parce que je vais continuer à en faire. Je m'amuse comme une gamine.
Tu seras dans ma liste de blogs, cela va de soi, mais il faut que j'ajoute le gadget. Le blog est encore en construction.
Merci d'être passée, Lynda!

Milady a dit…

Ayé je ne suis plus que troisième, ma vie est un drame perpétuel...tu lis donc mes derniers mots et mes derniers mots seront; Raaaaaaooooulll <333333 T'as remarqué, même son chat de quand il était gosse s'appelait Raoul! Je crois que ce prénom -à prononcer Ra ou lou apparement- l'a traumatisé le pauvre. Et pauvres animaux: c'est pas un nom Raoul =.= Bon j'ai pas grand chose à ajouter vu que tu connais mon avis sur le film c'est pourquoi je pense plutôt aller me lamenter un peu...*mode lamentations on*
Mais sinon ton blog est très joli comme on te l'a déjà dit et j'ai aussi bien aimé les commentaires sur les images :) sur ce => lamentations powa!

Iza a dit…

Bonsoir, Mila!
Troisième, c'est pas mal, tu es sur le podium, LOL!
Ah, ce fameux passage avec Raoul... j'ai éclaté de rire quand j'ai vu que son chat s'appelait aussi Raoul, c'est qu'il a été traumatisé, ce pauvre gamin. Par contre, on ne sait pas comment il finit, ce chat... peut-être qu'il vaut mieux ne pas le savoir, d'ailleurs!
Merci pour les compliments et surtout, merci d'être passée!

CHRISTIAN a dit…

Dis donc, ça n'arrête plus les publications ces derniers temps.
Bonne continuation.

Iza a dit…

Merci.
Oui, t'as vu ça? Je ne chôme pas!