mercredi 16 novembre 2011

Osen


 Osen



Année : 2008
Réalisation, Scénario, etc. : Seiichi Nagumo, Mitsuru Kubota, Yoshinori Shigeyama
Durée : 10 épisodes de 46 minutes (en moyenne)
Pays : Japon
Genre : Comédie dramatique


Avec : Yu Aoi = Handa Sen/Osen
Hiroki Uchi = Yoshio Ezaki
Mais également : Tetta Sugimoto = Seiji Fujishiro
Kimiko Yo = Shizu Asai
Osamu Mukai = Tomekichi Takeda
Ranran Suzuki = Teruko Suzuki
Risa Kudo = Fuyuko Kobuta
Ayaka Morita = Tamako Wakisaka
Tomofumi Okumura = Kenta Hasegawa
Adaptation du manga Osen de Shota Kikuchi


Le début :

     Yoshio démissionne de son poste de serveur à Roppongi: il veut travailler dans un restaurant l'on fait de la "vraie cuisine" et il ne supporte plus la manière folklorique avec laquelle il doit servir les clients. En postulant un jour au restaurant traditionnel dirigé par Handa Sen, il a des rêves plein la tête... mais il est également un peu trop sûr de ses compétences! Handa Sen (ou Osen) est une jeune femme très spéciale, talentueuse, mais elle est également portée sur la bouteille...

Mes impressions :

     Pour diverses raisons, je n'ai pas regardé de drama depuis un petit moment et ça me manquait terriblement. Je me suis remise en selle avec Osen et ce fut une expérience bien sympathique.
Il m'a fallu moins de 10 minutes pour tomber sous le charme: Osen est un drama esthétique. Yu Aoi est une très jolie actrice et ses tenues traditionnelles sont toutes plus belles les unes que les autres. Osen, c'est également ceci : un décor magnifique...





         et des plats appétissants.




     Ne vous attendez pas à un scénario de fou avec des retournements de situation délirants, il s'agit principalement de la vie de tous les jours au restaurant. Etant donné qu'il s'agit d'une activité qui fonctionne sur un mode traditionnel, le restaurant, ses fournisseurs, et les artisans en général sont confrontés aux grands groupes et aux exigences du monde moderne et de ce fait, leur existence peut être sévèrement menacée.
     La notion de temps (entendez par là : « époque » et « prendre son temps ») est au cœur du drama. Lorsque vous pénétrez dans L' « Isshouan », vous êtes vraiment transportés dans une autre époque. Il s'agit de cuisine traditionnelle à 100% dans un décor et avec un mode de gestion qui lui correspondent. L'ambiance est feutrée (sauf en cuisine!), il n'y a pas de TV, n'espérez même pas trouver un micro-ondes et encore moins une bagnole ou un aspirateur! Rassurez-vous, ils ont quand même l'électricité ! Cela signifie également que l'on prend son temps pour cuisiner et l'on nous rappelle souvent que c'est encore mieux de faire la cuisine et de manger tous ensemble, la bonne cuisine traditionnelle est fédératrice et contraste avec l'époque à laquelle nous vivons et il faut aller toujours plus vite... Je qualifierais ce drama de « culizen » (« culinaire » et « zen »). Oui, j'aime bien inventer des mots... (^^) Le contraste entre la tradition et la modernité (qui caractérise d'ailleurs le Japon) est bien mis en valeur. Cela est notamment le cas lorsque l'on voit Osen marcher dans les rues de Tokyo bordées de buildings et tout le monde ou presque est habillé à l'occidentale. Ceci est également perceptible dans le langage : Osen ne comprend pas certains concepts modernes (comme « slow food ») et certains mots anglais (« fairy », « cup », etc.).
     Les jeunes gens qui forment le duo de protagonistes sont très différents. Handa Sen est la nouvelle propriétaire du restaurant. Elle succède à sa mère et le bon déroulement de la vie à l' « Isshouan » repose sur cette jeune femme de 23 ans. On connaît peu de choses sur ce personnage au début et elle paraît mystérieuse, mais on apprend à mieux la connaître au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire. 


     Quant à Yoshio, c'est un jeune homme un peu tête-à-claques car il peut s'avérer présomptueux et il met parfois du temps à comprendre certaines choses. Il est néanmoins attachant et sympathique. Il est également à l'origine de certains gags.



     Les personnages secondaires sont nombreux et contribuent à créer une ambiance chaleureuse. Il s'agit du personnel du restaurant, de la mère de Handa Sen (que l'on voit surtout au début) et d'un vendeur d'antiquités aimant faire bonne chère à l' « Isshouan ». J'ai particulièrement aimé le fait que le drama ne soit pas centré sur une relation entre Yoshio et Osen. (Je croyais au départ que ça serait le cas, mais j'ai été agréablement surprise.) Les personnages secondaires ne sont pas pour faire joli, leur rôle est bien mis en valeur : un patron de restaurant n'est rien sans ses serveuses et ses cuisiniers et ça, c'est bien de le rappeler !




     J'ai tout de même une critique à formuler et elle concerne la structure de chaque épisode, qui est répétitive, et j'ai trouvé que c'était un peu dommage. Osen demeure néanmoins un drama agréable à suivre et j'ai appris pas mal de choses en matière de cuisine japonaise et des traditions au sens large.
   Je termine, comme d'habitude, par un mot sur la partie musicale. D'ordinaire, à quelques exceptions près, je dois faire des efforts pour me souvenir des génériques de début des dramas au bout de quelques mois. Celui-ci se démarque de ce que j'ai pu voir jusqu'à présent. J'ai été emballée par sa beauté et sa classe. Lhéroïne agite un grand drapeau dans un décor épuré dominent le noir, le rouge et le blanc. Elle est vêtue d'un kimono et ses longs cheveux ondulés flottent dans le vent. Parallèlement à cela, on nous présente les autres personnages. Le thème (« Odore » par Micro) est percutant et efficace. L'ending est quant à lui signé par le duo Tackey & Tsubasa : il s'agit de « Koi Uta Koi Uta ». Les musiques de l'OST se font discrètes, elles sont belles et sont employées au bon moment. J'adore !



En conclusion :

     Si vous aimez la cuisine et que vous avez envie de dépaysement, Osen est pour vous. Ce drama montre également combien il peut être difficile de faire cohabiter tradition et modernité.

IZA, le 16 novembre 2011

8 commentaires:

Katzina a dit…

C'est super, encore un drama dont je n'avais pas encore entendu parlé sur un blog et que je n'avais pas repéré moi-même car je ne connais pas ou très peu les acteurs.
Tes captures d'écran donnent vraiment envie, et je suis sûre que c'est une ambiance que je pourrai apprécier. Généralement, j'adore les drama où on parle de nourriture ^^.
Merci pour cette découverte !

Iza a dit…

En effet, j'ai l'impression qu'il est passé un peu inaperçu, ce drama. Concernant les captures d'écran, j'ai eu beaucoup de mal à les choisir: j'en ai fait plein, tellement les images sont magnifiques! Pour ce qui est des acteurs, je crois que Yu Aoi a joué dans "Tiger & Dragon". Elle avait le rôle de la vendeuse dans le magasin de Junichi Okada (J'ai oublié le nom de son perso dans ce drama ^^'). Sinon, il y a pas mal de têtes connues parmi les guests. Je ne connaissais pas beaucoup de monde non plus, mais c'est bien aussi de temps en temps de voir des "nouvelles têtes".
Ah et tu sais quoi? J'ai commencé "Oyaji", alors je pense que je vais bientôt en parler! En tout cas, merci d'être passée commenter, ça fait toujours plaisir!

ecl75 a dit…

Les captures d'écran donnent très envie en effet.
C'est quand même plus réussi visuellement que d'autres dramas sur la restauration comme My little chef.
Mais j'aime bien les histoires qui parlent de retour aux sources, un peu comme le film Udon.

Iza a dit…

Ah, une nouvelle tête, cool! Bienvenue ecl75! Eh bien oui, ce drama est une réussite totale en matière d'images. J'ai vu "My Little Chef" il y a longtemps et j'en garde un très bon souvenir, notamment parce qu'il y a Hiroshi Abe. En revanche, je n'ai pas vu "Udon", mais je connais de nom. Moi aussi, j'aime bien voir ce genre de drama de temps en temps. Merci d'être passé commenter.

Lynda a dit…

Ouais "Udon" n'était pas dégueu comme film, j'ai de suite eu envie de manger toutes sortes de ramen ! Ce genre d'histoire m'ouvre vite l'appétit. D'ailleurs, il fut un temps où "Osen" figurait dans mon menu dramas. Tu as raison de dépoussiérer ces séries Iza. J'ai juste peur du côté répétitif car j'étais tombée sur un épisode de "Bambino" il y a très longtemps et franchement c'était lourdingue. Le héros devait mériter sa place dans un resto italien et le moindre geste "technique" (genre couper un oignon) était amplifié. Jun Matsumoto sera t-il assez déterminé pour remporter le droit à découper une tomate ? Pour le savoir, regardez le prochain épisode. Mon dieu que c'était chiant ^^.
Mais bon, rien qu'à voir les captures, je suis sûre que cet "Osen" a meilleur goût.

Iza a dit…

Répétitif par rapport à d'autres dramas du même genre ou bien dans le drama lui-même? En tout cas, ici, ils ont plutôt mis l'accent sur l'opposition modernité/tradition et j'ai trouvé que c'était pas mal. Par contre, c'est vrai que ça a tendance à se répéter un peu, genre: 1 personnage extérieur arrive et est à la source du souci et on résout le problème grâce à une recette ou une idée de Osen. Ceci dit, cela ne m'a pas trop saoulée et le drama est tellement beau que je suis passée outre ses petits défauts.
J'aime bien ton expression me concernant: "dépoussiérer les dramas", mais ce n'est pas la première fois que je dis que mon blog est celui des causes perdues, LOL!
Je n'ai pas vu "Bambino" et apparemment, je n'ai pas perdu grand chose, d'après ce que tu dis. J'avais pensé le mettre de côté dans un coin de liste et finalement d'autres dramas sont passés prioritairement.
Merci pour ton commentaire. (^^)

ecl75 a dit…

De rien pour le commentaire, j'essaierai de passer régulièrement, je ne connaissais pas ton blog, il est très intéressant à lire (et j'adore tes illustrations).

Iza a dit…

Tu passes quand tu veux, la porte est ouverte... et je viendrai aux nouvelles sur ton blog!