vendredi 28 mai 2021

Iza-ware souffle ses 10 bougies: Jeu 2

 QCM: Bouts d'affiches de séries


Pour fêter les dix ans de mon blog (en avril dernier), j'ai publié un article, puis un premier jeu quelques jours plus tard. Le jeu était un classique dans son genre, puisqu'il s'agissait de trouver le nom de séries ou de films d'après une seule capture d'écran. Il n'est d'ailleurs pas trop tard pour y jouer ;)

Aujourd'hui, je vous propose un second jeu. C'est également un grand classique puisqu'il s'agit cette fois-ci de trouver le titre de dix séries en ayant pour seul indice un morceau d'affiche. Il y a même des pièges, tout ça, tout ça.

Il n'y a rien à gagner, si ce n'est quelques minutes de détente.

Je vous souhaite un bon amusement !

Et ça se passe par ici:

https://view.genial.ly/60afc944c4fa6d0db34dbb0c/interactive-content-quiz-affiches


A très bientôt!






IZA, le 28 mai 2021

mercredi 5 mai 2021

Iza-ware souffle ses 10 bougies: Jeu 1

 QCM: Captures d'écran

Vous le savez peut-être, mon blog a fêté ses 10 ans (10 ans !!) le 17 avril dernier.

Pour fêter ça, j'ai décidé tout d'abord de publier un article. Bon, ça, c'est chose faite.

Je voulais également jalonner le mois de mai de petits jeux pour prolonger un peu la fête. Alors, voilà: je vous propose le premier d'entre eux aujourd'hui.

Il s'agit d'un grand classique. Parmi les captures d'écran proposées, retrouvez le drama ou le film dont celles-ci sont issues. Attention, il y a peut-être des pièges !

Bon amusement !

Et ça se passe par ici:

https://view.genial.ly/608d796e4206fc0d0e5e3fd6/interactive-content-qcm 

A très bientôt !







IZA, le 5 mai 2021

vendredi 30 avril 2021

Waters

 

Blanche-Neige et les sept hôtes

(... et accessoirement: Happy Bloganniv' to me !)

Titre original: ウォーターズ

Année: 2006

Réalisation, Scénario, etc. : Ryo Nishimura, Shunpei Okada, Takuro Shiraishi, Takuro Fukuda

Musiques: ?

Durée: 110 minutes

Pays: Japon

Genre: Comédie dramatique

Avec: Shun Oguri =Ryohei

Toshinobu Matsuo = Naoto

Takamasa Suga = Yuki

Shingo Katsurayama = Shintaro

Yusuke Kirishima = Masahiko

Hiroyuki Hirayama = Teppei

Ryoji Morimoto = Kenta

Riko Narumi = Chika

Le début:

Ils étaient: artiste de rue, businessman, banquier, chef cuistot, décorateur d'intérieur (marié et père de famille, qui plus est) et joueurs de basket. Ils sont tous au creux de la vague et n'ont pas d'autre choix que celui de devenir "hosto" pour subvenir à leurs besoins, car ce travail paie bien. Tous ont été recrutés pour ce petit talent qui leur vient de leur ancienne activité professionnelle et qui pourra être exploité à nouveau, et tous autant qu'ils sont se sont merveilleusement faits rouler dans la farine.

Où est l'arnaque? Lors de leur entretien d'embauche, on leur a dit qu'ils devaient payer une sorte de caution s'ils voulaient le poste (et le montant de la caution est conséquent !). Ce n'est pas la seule mauvaise surprise: en arrivant sur les lieux de leur nouveau travail, le propriétaire du bar leur apprend que le manager s'est cassé avec l'oseille...

Chika, la petite fille du propriétaire, suggère alors que les septs garçons deviennent les patrons de ce nouveau club. Et vous savez quoi? Ils ne sont même pas au bout de leurs surprises et surtout de leurs peines... Bienvenue au "Dog Days" !

Mes impressions:

Eh bien voilà, nous y sommes, c'était en avril 2011. Le 17, pour être précis: Iza-ware souffle ses dix bougies !

Dix ans, mes enfants !

Pour fêter l'événement, je me paie une soirée avec sept hôtes... enfin, cette soirée ne va pas me coûter trop cher, ça va !

 ***

J'ai déjà vu ce film il y a très longtemps. J'en avais gardé un très bon souvenir, alors pour fêter les dix ans du blog, j'ai joué la carte de la nostalgie: me faire plaisir avec une valeur sûre.

J'avais oublié pas mal de détails et donc ce fut une redécouverte. Et elle fut plaisante, cette redécouverte.

Pour servir la comédie, tous les codes des bars à hôtes sont détournés. Pour commencer, les photos qui présentent les hôtes et qui sont sensées faire envie vont du ridicule à l'effrayant. Ensuite, les déformations professionnelles de nos garçons refont surface et s'expriment aux moments les moins opportuns. Nous pouvons également retenir que leurs caractères et leur manque flagrant d'expérience participent également de la veine comique: nous avons l'hôte complètement mal à l'aise et  timoré, celui qui - de par son passé de sportif - ne boit pas d'alcool, le cuisinier qui ne supporte pas que l'alcool commandé par la cliente ne soit pas bien accordé avec son choix de repas.

Les clientes, qui sont pour leur part des habituées de ce genre d'endroit, s'ennuient très vite et c'est à la fois stressant et jubilatoire d'assister à une telle scène, car on se demande comment et quand cette situation va dégénérer pour de bon.

Autre élément qui vient servir la comédie: la déco, qui est d'un mauvais goût absolu mêlé à du kitsch de seconde zone. Une vraie caricature du kitsch. Le bar ne ressemble même pas à un bouge, non, non. C'est juste que l'on a l'impression qu'ils se sont appliqués à essayer de faire cohabiter tout ce qui n'est pas destiné à cohabiter en temps normal: une armure, une Vénus de Milo en plastique, des décos de Noël pas très fraîches, bref: il ne manque plus que quelques boules à neige Tour Eiffel pour parfaire le tout... un carnage, vous dis-je !

Ce film n'est pas que succession de gags, situations embarrassantes ou rocambolesques, ce serait très réducteur de dire cela. Si tous ces garçons se retrouvent là, ce n'est pas par gaieté de coeur et les lendemains qui chantent... ben, ils déchantent ! Le "Dog Days" et sa déco douteuse font partie du réseau métaphorique: ils sont à l'image de ces garçons mal assortis, en décalage par rapport à cette situation. Ils n'ont rien à faire là et détonnent dans cet endroit. Heureusement, la déco va changer !!

L'intrigue est jubilatoire. La fin est complètement dingue. On a l'impression de se retrouver tour à tour entre le rêve et le cauchemar ou dans un genre de conte moderne, il est d'ailleurs fait mention à plusieurs reprises de Cendrillon ou de Blanche-Neige. Chika se compare volontiers à Blanche-Neige (et ses 7 hôtes). D'ailleurs, Chika et son papi, je n'en parle pas à dessein. Il faut les découvrir par vous-mêmes, ces deux-là ! Je vais simplement vous dire que c'est Riko Narumi qui prête ses traits à Chika et elle a le chic pour incarner des rôles complètement frappadingues et je l'adore pour ça ! J'avais oublié qu'elle jouait dans ce film, mais quelle joie de la retrouver, vraiment !

La météo a également son importance dans ce film. Quand il fait soleil, tout va bien, mais il y a parfois des typhons. Alors, il faut se serrer les coudes. Oui, se serrer les coudes, car dans les thématiques principales, nous avons bien entendu l'amitié. Et il y a aussi de l'amour...

En conclusion:

Quel plaisir de retrouver cette joyeuse bande ! Ce fut une agréable soirée placée sous le signe de la nostalgie.

***

Nous n'allons pas nous cantonner à cela en termes de festivités, rassurez-vous!

J'ai prévu des jeux au mois de mai, conformément au résultat du sondage que j'ai lancé il y a plusieurs semaines de cela sur "Cui-cui" et vous avez majoritairement voté pour un article et des jeux. Je finis toujours par tenir mes promesses (même si des fois il faut patienter, c'est vrai !), alors on va s'amuser en mai, que diantre !!

Je terminerai en vous remerciant d'être encore là au bout de dix ans. Je n'ai rien vu passer ! En tout cas, le plaisir est intact.

Merci mille fois !!


IZA, le 30 avril 2021